• Tu reprendras bien un peu de graisse, d'hormones et d'antibiotiques avec tes frites ?

    m_cantine

    À l'automne dernier, un décret gouvernemental réglementait les repas servis dans les cantines scolaires et obligeait ces dernières (comme les cantines administratives, militaires ou carcérales) à proposer à chaque repas un plat principal protidique à base de viandes, poissons, œufs, abats ou fromages. 
    Les grandes perdantes de cette nouvelle réglementation ? Les protéines végétales.
    C'est un décret qui a été bien accueilli par la revue Que Choisir. Mais cette revue ne s'est pas contentée d'apprécier ce nouveau texte (qui va à l'encontre des libertés individuelles, c'est une remarque juste en passant) puisqu'elle a pris la peine de le défendre assez lourdement contre l'hostilité des végétariens.
    Hervé Berbille a publié  sur le site lanutrition.fr une réponse qui vaut son pesant de sel (non raffiné).
    Je t'en livre le début et t'invite à poursuivre la lecture de l'article ici :
    http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/aliments/le-soja/herve-berbille-que-choisir-nous-fait-avaler-nimporte-quoi.html

    Que Choisir nous fait avaler n'importe quoi

    La prise de position de Que Choisir en faveur de la viande surprend de la part d'une association supposée défendre les intérêts des consommateurs et non pas celle du puissant lobby de l'élevage, une activité où l'élevage intensif est très largement majoritaire puisqu'il représente 90% de l'activité, bien loin de l'image idyllique de l'élevage rural et traditionnel que tente de nous vendre ce puissant lobby.

    Quant à Que Choisir, ce n’est pas la première fois qu’en matière de nutrition, cette revue se distingue par des propos en faveur des lobbies du lait et de la viande.

    Des arguments sans valeur scientifique 

    Paradoxalement, Que Choisir, pour justifier sa défense de la viande obligatoire, n'hésite pas à faire vibrer la corde sociale : « Beaucoup de familles n'ont pas les moyens de servir de la viande le soir à la maison ». Admettons un instant la sincérité de cet argument cousu de fil blanc, cela ne saurait en faire un argument scientifiquement recevable. Est-ce parce que la viande n'est pas économiquement accessible à certaines catégories de la population que la viande est :

    • un aliment indispensable ?
    • un aliment bon pour la santé ?

    Avec la crise économique et l'augmentation régulière du prix du tabac, certaines personnes ont renoncé à fumer : doit-on pour autant le déplorer ?

    Si certains trouvent outrancière la comparaison viande/tabac, je ferai observer ici que la consommation de viande est également associée à un risque accru de cancer du poumon comme l'atteste, entre autres, une robuste étude (1) récemment publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition, la plus prestigieuse revue en matière de nutrition. Mais dont visiblement Que Choisir n'a jamais entendu parler...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :