• n075

    Désolé, je ne peux pas t'en dire davantage sur les circonstances de l'asquident. On ne sait pas s'il l'a confondu avec un sanglier ou choisi de tirer dès qu'il a vu quelque chose bouger 300 mètres plus loin. Mais le résultat est bel et bien là : une balle de gros calibre dans la cuicuisse de son camarade de tuerie.
    A priori, le flingué est retiré du circuit pour un bon bout de temps. Ça c'est du recyclage efficace.
    Les faits se sont déroulés vers Moissac (Tarn-et-Garonne), mercredi 17 octobre; le vent fraîchissait sur la colline, l’oiseau frissonnait et l’herbe avait froid.
    Pan ! La battue au sanglier tourna en foirade, donc, un chasseur ayant obligeamment placé une dragée dans la jambe d'un pote. La droite. La précision est d'importance.
    À la demande du parquet de Montauban, une enquête a été ouverte.


    1 commentaire
  • Palombe

    Alors comme ça, il a laissé échapper son fusil chargé ? Comment ça se fait ? Il a eu le hoquet ? Un piaf lui a chié sur la tête ? Il a eu peur de ne plus avoir assez à boire ?
    Et il a voulu le rattraper immédiatement ? Sachant qu'il y avait une cartouche dedans ?
    Au moins sa maladresse aura fait des heureuses : les palombes.
    Car oui, il chassait le pigeon ramier, cet oiseau qui, sur la route de la grande migration, fait une halte dans le Gers ou dans les Landes.
    Installé dans sa palombière, du côté de Saramon, lieu-dit Baillasbats, le 9 octobre, il guettait les oiseaux bleus, comme ils disent dans leur jargon de viandards.
    Son flingue, donc, est tombé, il a tenté de le saisir, le coup est parti (génitales) et son index a été arraché.Tant qu'à faire, faut pas gâcher la marchandise, il a reçu également des plombs au visage.
    On nous dit que les médecins vont essayer de lui réimplanter un doigt. Pour l'honneur.


    votre commentaire
  • lièvre

    La chasse, c'est la guerre en temps de paix. Il faut suivre les consignes quand tu es en battue. À droite...droite ! Demi-tour...gauche ! Serrez les rangs !
    Celui qui rompt le rang sans faire gaffe désorganise la marche à l'ennemi (le gibier).
    C'est pour cela que t'as pas besoin d'être fûté pour chasser, inutile d'avoir un cerveau, une moelle épinière suffit largement pour rester aligné, marcher en ordre serré et faire feu quand l'ennemi ou tout ce qui bouge en face apparait.
    Dimanche 7 octobre, du côté de Bétheniville (Marne), ils progressaient donc en ligne. Trois chasseurs, un seul ennemi, impitoyable : le lièvre.
    La tension était palpable, le danger était partout.
    L'un deux, distrait, prit un peu d'avance et se retrouva séparé des deux autres par un bosquet le dissimulant à leur vue.
    Erreur fatale ! Un lièvre en profita pour surgir et décamper de cet endroit malsain et vérolé.
    Un chasseur tira mais l'alignement étant rompu (blicité), c'est le copain trop avancé qui ramassa la semoule aux plombs dans la cuisse car placé dans le prolongement du tir.
    Tu suis ? Non ? T'es chasseur toi aussi ?
    Le criblé a été transporté au CHU de Reims.


    votre commentaire
  • -panneau-attention-palombierePanneau-

    Mais c'est hallucinant ! Dans les Landes, quand tu oses te promener en forêt, non seulement tu risques de te prendre sur la tronche un paloumayre qui dégringole de sa cabane pourrite mais en plus, d'exploser en mille morceaux. C'est carrément l'Irak ce coin...
    Je sais bien que la chasse, c'est la guerre en temps de paix mais quand même, à ce niveau là d'intensité, c'est tristement bluffant. De toute façon, dès qu'il y a de la racaille des talus quelque part, personne n'est en sécurité.

    Vendredi 5 octobre, du côté d'Amou (Landes, donc), au lieu-dit Menaou, à gauche après les narbes qui ont des branches, quatre chasseurs se préparaient à grailler dans la caravane de l'un deux, située au pied de la palombière. On ne se refuse rien chez les tueurs d'oiseaux bleus, c'est le grand luxe, les petits plats dans les grands...
    Et puis c'est joli, une caravane dans la forêt, ça n'enlaidit pas le paysage.
    La bonbonne de gaz a explosé. Pourquoi ? À la limite, on s'en bat les flancs.Toujours est-il que la caravane a été entièrement détruite par les flammes et le proprio de la palombière peut s'asseoir sur la saison de chasse à la palombe qui va commencer : il a été brûlé au troisième degré aux mains et au visage.


    votre commentaire
  • biche

    Aujourd'hui, tu vas aller faire un tour sur le blog de l'ami Yvan, photographe animalier et amoureux des Pyrénées. Tu peux bien faire ça pour cette biche, non ?
    Ce que tu vas voir, c'est la réalité de la chasse, cette distraction pour tarés imbibés. On sous-estime souvent les méfaits de la racaille des talus, ignorant ce qu'ils recouvrent comme saloperies.
    Quelle engeance !

    http://images-du-pays-des-ours.blogzoom.fr/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique