• Tauromachie parmentier avec de vrais morceaux de cruauté

    anti_corrida_patrimoine_immateriel

    Il faut en être certain. D'ailleurs ils l'ont dit et redit. Les promoteurs de la reconnaissance de la tauromachie comme patrimoine immatériel national veulent l'inscription de la torture festive au patrimoine immatériel de l'humanité en présentant un dossier respectant les critères de l'UNESCO.
    Cette seconde étape ne peut démarrer que si d'autres pays empruntent les pas de la France et c'est ce qui est organisé à l'heure même où j'écris ces lignes.

    L'Espagne bien sûr devrait suivre mais aussi certains pays latino-américains.

    Ces promoteurs, on sait qui ils sont. Ce sont ceux qui ont été entendus au titre d'experts (sic) par cette fameuse commission qui a proposé, pour validation, l'inscription au ministère de la culture. Mais cette commission de scientifiques qualifiés, elle est très loin d'être impartiale. On y trouve François Zumbielh,vice-président de l'Observatoire national des cultures taurines. François Zumbielh a ainsi pris l'avis d'André Viard, qui est lui-même le président de l'ONCT !
    C'est exactement ce que l'on appelle être juge et partie.

    François Zumbielh est certes docteur en anthropologie culturelle à l'université de Bordeaux 2 mais il kiffe grave la corrida.
    Auteur de bouquins très mal vendus sur la corrida, il a soutenu sa thèse de doctorat (le 13 octobre 2006) sur le sujet "Les mots qui toréent-la représentation de la tauromachie dans la parole des professionnels et des aficionados espagnols".
    C'est cette thèse qui structure son livre paru aux Editions Verdier sous le titre Le discours de la corrida.
    André Viard, François Zumbielh... Ne manque plus que le troisième larron, lui aussi considéré comme une autorité en la matière.
    C'est Francis Wolff, prof à Normale sup', dont j'ai dit suffisamment de mal dans mon article du 3 juin 2008 pour ne pas y revenir.

    Ils ont bien mitonné leur truc, ces accros à la jouissance perverse. Un ancien tueur des arènes et deux professeurs dont le job est d'habiller et vendre sous un verbiage pompeux (Les mots sont là pour parachever des figures fatalement imparfaites dans l’arène, pour faire apparaître des forces et des conjonctions obscures et agissantes que l’œil est incapable de déceler) l'inacceptable : jouir du supplice puis de la mise à mort d'un animal sensible.

    Pour éviter que l'UNESCO ne se retrouve avec ce dossier dans les pattes et dise banco, une manifestation est appelée le 28 mai à 15 heures à Paris, place du Palais Royal (1er arrondissement).

    Et bien sûr, il faut aller tous les jours ici : http://www.patrimoine-corrida.fr/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :