• Nimeño 2, le film : qui pour jouer le rôle de la corde ?

    TORO

    Le 25 novembre 1991, soit il y a un peu plus de 20 ans, Christian Montcouquiol (dans le grand cabaret des guignols pathétiques et cruels, son petit surnom c'était Nimeño 2) se pendait dans le garage de sa maison. Il y avait des serpillères à sécher dans la buanderie, la place était déjà prise.
    Ce matador a bien eu du nerf pour s'accrocher au plaftard de sa cambuse : longtemps paraplégique à la suite d'un coup de corne bienvenu d'un toro à l'automne 89, il avait pu retrouver enfin l'usage de quelques muscles (ceux-là mêmes qui lui servaient à achever de malheureux ruminants) pour débarrasser la terre de sa vilaine carcasse.
    On dit qu'il aurait torturé à mort 800 toros.
    Christian, si je peux permettre de te tutoyer, fais-nous plaisir : invite, des tréfonds de ton enfer, tous tes potes tortionnaires des arènes à suivre ton exemple.
    Et je te promets de filer du blé pour contribuer à élever des statues moches comme tout en leur honneur. Comme celle qui t'est dédiée à Nîmes. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :