• images

    Tu prendras connaissance ci-après de quelques chiffres vraiment significatifs qui te permettront de briller en société et d'épater tes proches quand viendra le moment de parler du réchauffement climatique, du développement durable et des écogestes.

    Je les tiens du site du Huffington Post: http://www.huffingtonpost.com/kathy-freston/the-breathtaking-effects_b_181716.html

    Si tous les américains devenaient végétariens pendant une seule journée, seraient économisés :

    -plus de 300 milliards de litres d’eau, soit de quoi alimenter les domiciles de l'état de la Nouvelle-Angleterre pendant près de 4 mois

    -700000 tonnes de céréales non consommées par le bétail (de quoi nourrir l’État du Nouveau-Mexique pendant plus d’un an)

    Et ce faisant, les Etats-Unis préviendront :

    - l'émission de gaz à effet de serre représentant 1,2 million de tonnes de CO2

    Et obtiendront :

    - 4,5 millions de tonnes d’excréments de bovins en moins

    -7 tonnes d’ammoniac en moins dans l’atmosphère


    1 commentaire
  • 9c_coleoptere_seranne_r

     

    L’Association Fête de la Nature créée par l’ensemble des 42 réseaux publics et associatifs de protection de la nature rassemblés au sein de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) et Terre Sauvage lancent la troisième Fête de la nature.

    Les deux années précédentes, la Fête de la nature a permis à l’ensemble des Français de vivre un week-end au cœur des sites naturels, en compagnie des acteurs de la protection de la nature.
    Près de 1500 manifestations ont été proposées dans toutes les régions, y-compris en outre-mer. Le succès était au rendez-vous avec plus de 300.000 participants, 400 structures locales organisatrices. Pour mai 2009, plusieurs milliers de manifestations sont en préparation.

    Cette Fête a été imaginée par des amoureux de la nature pour donner à tous le plaisir de découvrir ou redécouvrir ses richesses naturelles, pour renouer des liens forts avec l’environnement. Pendant un week-end, des professionnels et des bénévoles des réseaux de protection de la nature* font découvrir (gratuitement) des espaces connus ou inconnus.
    Des centaines de balades, dans des lieux familiers comme dans des coins inaccessibles en temps normal, sont organisés par ceux qui en connaissent les moindres détails.
    Le public est invité à découvrir des espèces emblématiques ou méconnues, à arpenter des territoires parfois familiers sous la conduite de guides naturalistes, pour mieux comprendre le travail et la passion des gestionnaires d’espaces naturels, des forestiers, des acteurs de la protection de la nature qui veillent au maintien de la biodiversité.

    Pour cette troisième édition, les organisateurs souhaitent voir participer aussi les particuliers. Ils sont nombreux à entretenir un coin de nature dans leur propriété ou dans leur simple jardin. Créer la convivialité et l’échange autour de la nature dans des lieux privés est aujourd’hui un objectif de la Fête de la Nature 2009.
    Le mot d’ordre en 2009 est aussi "Organisez votre sortie nature ! Partagez votre nature ! Ouvrez vos jardins sauvages !" Tout un programme… Les naturalistes sont aussi près de chez vous, et vous ne les connaissez pas toujours… Ils vous montrerons ce qui se cache derrière leur porte…
    Ce week-end là est une occasion de les rencontrer !

    La Fête de la nature est aussi un moment exceptionnel de sensibilisation aux urgences et aux enjeux de la protection de la biodiversité. Elle permet de s’interroger sur la place de l’homme dans la nature et sur sa responsabilité dans la conservation de la biodiversité.

    Pour tout savoir : http://www.fetedelanature.com/

    * Les viandards sont écartés de ce rendez-vous.   

     


    votre commentaire
  • lavacheenville

    "Une agriculture moderne passe par l'innovation dans tous les domaines. Mais nous n'oublions pas le destinataire final de toutes nos productions: votre tube digestif. Le système digestif humain est une merveilleuse machinerie, très résistante, et nous espérons bien vous faire avaler les différents produits qui nous permettent de réduire nos coûts et de maximiser nos profits. Nous nous y employons depuis quelque temps déjà...

    En nourrissant les bovins que vous mangez avec les farines animales les plus inattendues, nous avons fait effectuer de gros progrès à la science. L'estomac des bovidés, destiné au départ à la transformation de l'herbe, a prouvé sa capacité à absorber directement des protéines d'origine variée (certes au prix de quelques désagréments pour certains consommateurs mais quelle innovation aussi décisive n'a pas connu ses viscissitudes ?). Moyennant quelques efforts, l'estomac humain lui-même peut accueillir des produits que l'on osait même pas espérer vous faire manger un jour voici quelques années encore..."

    Il faut être d'un cynisme absolu pour balancer de tels propos.
    Même si c'est vrai, cette façon de présenter les choses, ça reste odieux.
    Le problème, c'est que c'est une parodie. Sur un large fond de vérité. Mais une parodie.
    C'est un site satirique, La Ferme en Vrille qui ose parodier, avec réussite, la prose de certains représentants de cette agriculture industrielle, productiviste, intensive, utilisant les OGM, les pesticides, le toujours plus d’engrais chimiques et d’irrigation, les agro-carburants, le hors sol et entraînant la disparition des petites exploitations agricoles.

    Mais ces représentants n'ont vraiment pas le sens de l'humour et le pastiche qui touche là où ça fait mal, encore moins.

    Ils souhaitent donc que ce site la boucle. Qu'il soit fermé définitivement. Comme nous sommes en démocratie, ils ont choisi la voie judiciaire pour réaliser leur rêve.
    C'est ainsi que les responsables du site internet sont assignés en référé ce mercredi 15 avril au Tribunal de Bayonne par la FNSEA et les Chambres d’Agriculture. 

    La résistance s'est organisée.Tu sauras comment en visitant l'objet du délit ici: http://www.onlafermerapas.info

    Si tu es pressé, il est possible de signer une pétition là :  http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre.php?id=397

     


    votre commentaire
  • ODOB154 ODOB123

    Flora Huynh est artiste coloriste illustratrice. C'est son métier. Elle a 34 ans et a une passion pour la gent ailée.
    De sorties ornithologiques en observations, elle a découvert la richesse et la diversité du peuple des oiseaux.

    Elle a réalisé des centaines de croquis, très souvent sur le terrain, parfois sur la base de photographies.

    Depuis septembre 2008, Flora tient un blog qui s'intitule One day, One bird. C'est facile à traduire, hein ?

    Un jour, un oiseau, toujours différente, la bestiole à plumes. C'est un exercice de style difficile que de s'imposer ce rythme spécial.

    De temps en temps, elle laisse échapper son imagination et dessine des oiseaux rigolos, qui n'existeraient que dans une nature inconnue de nous.

    Tu vas aller visiter son blog, j'en suis sûr. Tu noteras que son dessin n'est pas hyper réaliste, à la façon des guides naturalistes. Mais sois certain que tous les détails essentiels de l'oiseau sont repris, ce qui traduit de grandes connaissances ornithologiques.

    Pour les fanas de dessin (salut Cédric), Flora utilise plusieurs techniques, feutre pinceau, collages, couleur, noir et blanc...

    Son blog : http://onedayonebird.livejournal.com/

     


    votre commentaire
  • couv_actu

    Même si ça n'arrive que tous les six mois (et encore), qu'est-ce c'est bon !
    Hmmmmm...
    Ce plaisir est-il provoqué par la rareté de ces moments ? Assurément. Mais l'objet de notre attention en vaut la peine aussi.

    Je parle bien sûr du dernier numéro du journal le plus lu dans les terriers, La Hulotte.
    Le numéro 92 est arrivé, tout printanier, dans la boite aux lettres hier. Il est consacré à une petite bête mal-aimée, surtout en été, quand elle a le malheur de traîner autour des tables et des assiettes.

    Le frelon, puisque c'est de lui dont il s'agit. Plus exactement de la reine des frelons, cette altesse qui vient de se réveiller début avril après plus de six mois de sommeil, sans manger.En puisant dans ses réserves.
    Sa tâche ? Construire une maison douillette pour y loger des oeufs, qui deviendront larves puis frelons, des ouvrières toutes gentilles qui lui rendront la monnaie de sa pièce en s'occupant d'elle à temps complet.

    Cet hyménoptère a mauvaise réputation, comme les guêpes.
    Voici pourquoi La Hulotte est, depuis plus de 30 ans, indispensable à quiconque aime la nature et ceux qui la peuplent.

    Vautour fauve, castor, triton, Sphinx Colibri, Ombellifères, Pic noir, Sarcelle et tant d'autres ont été mis à l'honneur par ce petit semestriel entièrement illustré par des dessins. Il n'y a pas une seule photo.

    La Hulotte, avec son style rigolo et pimpant, est la bible des curieux et des familiers de la nature qui ne se prennent pas au sérieux.
    La Hulotte, c'est vraiment la petite encyclopédie des champs et des bois.

    Le site pour découvrir la revue et t'abonner : www.lahulotte.fr  
       
     

    lh92_extrait


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique