• ours

    "la protection des espèces animales est un devoir primordial de l’humanité (…). C ’est aussi une des obligations des états membres de l’union européenne."

    Cela procède d'une belle ambition, n'est-ce pas?

    Sauf qu'en France, pour mettre en oeuvre cette obligation, il faut faire sans les chasseurs notamment. Voire faire contre. Surtout faire contre.
    Mais ils ne sont pas les seuls à renier les engagements de la France.
    Ce petit bouquin (168 pages) paru il y a à peine un mois aux Editions IMHO-collection Radicaux Libres t'en dira beaucoup plus et de façon très argumentée sur les oppositions des  anti-ours, des milieux ultras-pastoraux, des lobbies divers, qui ont provoqué le dépôt de plaintes associatives contre l’Etat français devant la Commission européenne.

    "L’extinction des espèces animales n’est pas une fatalité. Cette mauvaise cause a des partisans, des artisans.
    Un exemple, : la disparition de l’ours des Pyrénées. La France a bien signé les traités internationaux mais n’a rien fait pour protéger efficacement cet animal menacé, qui gêne de nombreux intérêts. Diverses associations de protection de la faune sauvage portent maintenant plainte contre la France devant l’Europe.
    Il n’y a pas de raison que ces documents accablants restent confidentiels, cantonnés aux circuits administratifs.
    On trouvera ici, dans ce dossier simplement abrégé pour être agréablement lisible, un argumentaire complet : chronique de l’extinction de l’ours, causes, méthodes, nom des coupables et des complices et ce qu’il faudrait concrètement faire pour sauver le plus grand carnassier d’Europe.
    Ce dossier est complété par un essai de Stéphan Carbonnaux, qui suit ce dossier depuis 16 ans, et qui apporte un complément affectif, personnel et documenté sur ce sujet : une élégie sur la tristesse des forêts sans ours."

     

     


    votre commentaire
  • LOUP

    Oh ! Le beau cadeau qu'on vous prépare...Z'êtes des veinards, les viandards...Souvent cocus mais gâtés....C'est là qu'on vérifie l'utilité de votre lobbying, de votre noyautage des lieux de décision et l'efficacité de votre mépris pour l'intérêt général.
    Un groupe chasse à l'Assemblée nationale et maintenant un groupe parlementaire sur le loup, c'est bien ce qu'il faut pour en arriver à vos objectifs : chasser toute l'année toutes les espèces et être acclamés en plus pour tenir votre rôle de gestionnaires de la faune sauvage (et domestique aussi, avec les chats et chiens flingués).

    Ce groupe parlementaire sur le loup, justement : présidé par la députée des Hautes-Alpes Henriette Martinez, il va vous mitonner une très belle suprise : donner l'autorisation à tous les chasseurs (et à tous ceux qui ont un permis de chasse, éleveurs comme bergers) de buter un loup en cas de rencontre fortuite (sic) avec cet animal (espèce protégée) dans le cadre habituel de leurs activités.

    Henriette Martinez et ses collègues élus ont à cet effet rencontré Chantal Jouanno et ses collaborateurs mercredi 31 mars.
    Et la secrétaire d'Etat à l'Ecologie s'est montrée plutôt ouverte sur le sujet de l'autorisation de prélèvements de loups par les chasseurs.
    Comme c'est bizarre; une secrétaire d'Etat connue pour sa proximité relationnelle avec l'extrême-chasse qui va légitimer le braconnage du loup.
    D'ailleurs, bientôt, il ne faudra plus dire braconnage du loup mais application du plan de gestion du loup.

     


    votre commentaire
  • intermediaire_oiseaux_jardin_04
    Crédit : Nicolas Messner

    "Réveillons-nous ! Effacons le cauchemar. Pas le nôtre. Celui de nos voisins de planète, les animaux. Ouvrons les yeux sur leur réalité, leur coeur qui bat comme le nôtre, leur peau qui ressent, leurs regards qui pressent, leur mémoire qui retient."
    Allain Bougrain Dubourg.

    L'altérité animale, justement... La considérer sans scepticisme, avec honnêteté, voir en elle ce qu'elle porte de signifiance.
    La photographie animalière permet cet échange qui reste à nombreux égards énigmatique.

    Deux photographes rendent un travail remarquable : Nicolas Messner- www.nicolas-messner.com et Jérôme Salvi -beaute-sauvage.fr

    Vaudioux2010

     


    votre commentaire
  • news_090320_1_Singapore__20whale__20shark__20campaign

    Cette affiche a servi de support aux associations SSCS (Sea Shepherd Conservation Society) et PeTA pour appuyer une campagne visant à faire renoncer à Resorts World Sentosa, un parc d'attraction/casino/océarium (le fric, ma bonne dame, y'a que ça de vrai) de Singapour, la capture de requins baleines (15 mètres de long, une paille; c'est le plus grand poisson de la mer) pour agrémenter ses aquariums à la con et exciter le bon peuple qui, goinfré de pop-corn, n'en revient pas de voir ces bêtes si magnifiques évoluer devant eux et gna gna gna...
     
    Au passage, cette bestiole est placée sur la liste rouge des espèces menacées de l'UICN. Au passage...
    Tout ça pour dire qu'au delà de la prétention vile et mercantile, ça rime, c'est fait exprès, d'exhiber de splendides animaux sauvages (qui descendent jusqu'à 980 mètres de profondeur) dans des bocaux à péage, il y a le fait, rappelé dans un bouquin un peu érudit, mais singulièrement intéressant, que pour un spécimen capturé et logé dans un zoo, dix de ses congénères ont été tués, d'une manière ou d'une autre.
    Ce livre, c'est Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident, d’Eric Baratay et Elisabeth Hardouin-Fugier.
    Certes, il couvre la longue et malheureuse histoire de l'appropriation de la faune sauvage en occident tout au long des siècles qui ont suivi l'ère moderne.
    Mais pourquoi voudrais-tu que ce soit vraiment différent de nos jours ?
    Les trafiquants et dealers de la faune sauvage auraient-ils eu de soudains scrupules ?
    Ce business ne contribue-t-il pas, au même titre que la dégradation des habitats naturels, à l'extinction des espèces ?
    Gardons en mémoire que 1226 espèces sont menacées de disparition.

    Tu veux déprimer ?
    Va faire un tour sur le site du RWS : http://www.sentosa.com.sg/index.html

    Life is money. 


    votre commentaire
  • arton962_e8dde

    C'est plutôt rare, tu peux me croire, qu'un salon de cette importance ouvre son espace à des associations engagées dans la cause animale hors du champ institutionnel occupé par les Greenpeace et autres grosses structures.
    Mais j'ai bien'impression que ça devient de plus en plus courant.
    Voici pourquoi je t'invite à aller faire plus qu'un tour au salon Primevère qui se tiendra à Lyon du 26 au 28 février.
    Ce salon-rencontres de l'écologie et des alternatives en est à sa 24ème édition et fait la part belle bien entendu  aux thèmes de la santé, du bien-être, de l'environnement, de l'alimentation, du marché bio, du tourisme vert, du confort intérieur (économies d'énergie, équipements) mais aussi à la protection animale.
    Il y aura des conférences, des animations et tout le tremblement mais y mettre les pieds, c'est essentiellement l'opportunité de faire le plein d'enthousiasme.

    Nos potes du RAC (Rassemblement Anti Chasse) y tiendront un stand. Ce sera l'occasion de leur rendre visite, de leur faire un petit coucou, d'adhérer si ce n'est déjà fait et de s'encourager mutuellement. On est entre amis du vivant; ça réconforte, ça rassure car c'est toujours un peu inquiet, un vivant qui ne s'amuse pas à donner la mort.
    Et si ça peut te permettre de ne pas donner ton blé à ces mêmes associations qui se partagent le marché très concurrentiel des donateurs...

    Si tu crèches plus à l'ouest, tu pourras te rendre à Laval-St-Berthevin, les 06 et 07 mars, au salon nature et bien-être, pour retrouver le stand tenu par la PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique