• Les tueurs des arènes ont des fuites aux extrémités de leur plomberie

    segioaguilar

    Le toro condamné à mort (il emprunte un couloir de la mort, le corridor, puis va dans le toril, une cellule étroite, et il est enfin dirigé vers la place, l'arène, où il sera torturé puis exécuté) sait faire de belles choses quand son tortionnaire baisse un peu la garde.
    Sergio Aguilar, ainsi, a mangé une corne sous le menton, coup qui lui a perforé la mâchoire et s'en est allé visiter le palais et les parties cartilagineuses qui l'entourent.
    Si tu as des sinus en rab, même usagés, incapables de passer le contrôle technique, Sergio le transpercé est preneur.
    Cela s'est passé à Bilbao, dimanche 22 août.

    Corrida

    En fait, tout ça se résume à une histoire de tube digestif. Dimanche 22 août, l'un était frappé à une extrémité de ce long boyau ma foi bien pratique, montrant à cet effet la supériorité manifeste du lombric sur le matador), l'autre, Juan Pedro Muriel (qui essayait ses rasoirs sur l'échine des toros à Málaga) se faisait embrocher le fondement. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :