• Le Canada cultive avec un soin de taré ses champs de la mort

    seal

    C'est gagné ! Je suis énervé pour la journée, voire plus si affinités.
    C'est la lecture de l'édito de Paul Watson sur le site de Sea Shepherd France qui a fait bouillir mon sang.
    Il est question de ces salopiots qui massacrent au gourdin, dans la bonne humeur, des dizaines de milliers de bébés phoques sur la banquise canadienne et de ce gouvernement de pourris qui les y encourage au nom du respect des traditions.

    L'article est visible ici : http://www.seashepherd.fr/news-and-media/editorial-110401-1.html

    Je t'en donne un avant goût :

    “M. le présentateur, j’aimerais voir ces 6 millions de phoques, ou peu importe combien ils sont, tués et vendus, ou éliminés et brûlés. Je me moque de ce qui peut leur arriver (...) plus ils en tueront et plus j’adorerai ça." 
    John Efford, ancien ministre des Pêches de Terre-Neuve et ministre fédéral des Ressources naturelles  

    Il n’y a qu’un mot pour qualifier le quota d’abattage de phoques fixé par le gouvernement canadien pour 2011: “dément”. C’est aussi très stupide et très immature.

    Dans le souci d’apaiser les pêcheurs ignorants de l’écologie qui ont été appauvris à cause de l’incompétence crasse du ministère canadien des Pêches et des Océans (MPO) en matière de gestion, le gouvernement a fixé le quota d’abattage le plus élevé jamais infligé aux phoques en autorisant l’abattage de 468 200 phoques du Groenland, phoques gris et phoques à capuchon. Cela représente une augmentation de 148 200 par rapport au quota déjà ridiculement élevé de 330 000 phoques pour 2010.

    Curieusement, le gouvernement fixe chaque année des quotas plus élevés, bien que le nombre réel des abattages soit en diminution d’année en année. En 2007, le quota d’abattage du MPO était de 275 000 phoques et il en a été tué 82 800. En 2008, le MPO a relevé le quota à 280 000, ce qui a permis aux chasseurs, dans un effort ultime, de tuer 217 800 phoques grâce à un encouragement considérable sous forme de subventions et d’aide gouvernementale de la part du ministre des Pêches d’alors, Loyola Hearn.
    Cependant, en 2009, malgré un quota d’abattage de 280 000, le nombre de phoques effectivement tués a chuté à 72 400. L’année dernière, le MPO a porté le quota à 330 000, un record jamais atteint dans l’Histoire, et les chasseurs ont atteint leur plus faible nombre de prises avec 67 000 phoques tués."

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :