• dyn007_original_448_297_pjpeg_2520423_5b05cc59d12b403593bacf43f5efd746

    Nous avons été prévenu par ses trois enfants lundi. Nous, c'est à dire toutes celles et tous ceux qui sont sensibles à la cause des animaux.
    Françoise Gérardin, dit Framboise, a quitté ce monde samedi 17 avril après une sortie ornitho fructueuse.
    Son coeur généreux, son enthousiasme, sa détermination, nous manqueront énormément.
    Elle parlait, écrivait et agissait au nom des animaux et de cette  planète bien fourbue.
    Les contraintes qu'elle acceptait, elle les tournait en faveur du vivant.
    Ce blog, ses lecteurs, ont perdu quelqu'un de bien, de très bien.


    votre commentaire
  • cochon

    Et bien voilà ! Fallait demander ! Qu'est-ce qu'il vous faudra avec ça, mon bon monsieur ? Y'a pas mal à se faire du bien, surtout si vous faisez faites ça pour les zanimos, en même temps, y peuvent pas se défendre, les pauvres, y z'ont pas de voix, surtout les poissons d'ailleurs, et c'est pas parce que tu cries pas que tu souffres pas quand on te fait du mal et que ça te fait plaisir qu'on tue tes bébés devant toi...En plus, profiter de sa force pour faire du mal à des plus faibles que soi, c'est la pire des  méchancetés...

    Le blog que tu visites en ce moment et les autres, ses clones, ou jumeaux, hébergés sur d'autres plates-formes, similaires sur le fond, différents sur la forme et l'apparence, viennent de recueillir plus d'un million de pages lues. En trois ans et demi d'existence.
    En ce moment, ça fait du 3000 pages consultées par jour.
    Tu sais pourquoi je suis content de raconter ça ? Pour eux : toi renard piégé dans son terrier, toi taureau conduit au centre de l'arène, toi bécasse pulvérisée en plein vol, toi dauphin asphyxié dans un filet maillant dérivant, toi poulet débecqué alimenté aux antibios, toi rat sectionné sur une paillasse de labo, toi caneton gavé, toi éléphant braconné, toi ours exhibé, toi vison dépecé...

    Ce blog a survécu sans difficulté aux menaces de mort, aux plaintes, aux intimidations, à la censure et à sa désactivation par un hébergeur pleutre et calin avec les puissants, ennemis du vivant. Que ces derniers crèvent la gueule ouverte; j'ai des copines fourmis magnans qui doivent nourrir leur progéniture. Et ça urge.

    Pour égayer cette fin d'hiver, voici deux commentaires reçus, à lire et à relire :

    Article du 27/12/2008
    Com' de Vincent : "sacré branleur !!!!!!! vi1 chasser et c'est toi qui va te faire plomber!! la tu pourra dire qu'on est des viandards."
    Article du 27/01/2010
    Com' d'Arno : "Je viens de lire tes textes et je remarque que tu as que ça à faire de tes journées de baver sur les chasseurs. Petit branleur occupe toi de tes affaires et vas te faire enculer par un sanglier."

    "L'homme a peu de chances de cesser d'être un tortionnaire pour l'homme, tant qu'il contribuera à apprendre sur la bête son métier de bourreau."
    Marguerite Yourcenar


    votre commentaire
  • Levi_Strauss__Claude  logo_2009

    L'auteur de ce blog est d'humeur maussade. Le mot est faible.
    Il y a de quoi.
    Claude Lévi-Strauss s'en est allé, à l'aube de sa 101ème année. 
    Claude Lévi-Strauss était un géant. Pour la pensée contemporaine, pour la pensée...tout compte fait.
    Ses travaux d'ethnologue, d'anthropologue, n'ont eu de cesse d'appréhender le rapport des hommes aux animaux et des hommes aux hommes, stigmatisant ainsi avec force et lucidité  la 'dévalorisation' humaniste, de l'animal.

    Claude Lévi-Strauss réclamait un droit du vivant et demandait à l'homme, occidental particulièrement, être souffrant, qu'il fasse enfin preuve de cette qualité (propriété ?) propre à Sapiens à l'égard de l'animal, ce 'plus autrui des autrui' : la pitié.

     


    votre commentaire
  • image_n10

    (Photo de J-M et A-M Hardouin)

    "Tu te sentiras solidaire de toute vie et tu la respecteras. Voilà le plus grand commandement.
    Dans sa formulation la plus élémentaire, autrement dit sous une forme négative : Tu ne tueras point. Interdiction que nous prenons bien à la légère lorsque sans y penser nous arrachons une fleur ou nous écrasons un malheureux insecte et – toujours sans y penser – lorsque dans un aveuglement atroce, car tout se tient, nous méprisons les souffrances et la vie des hommes en les sacrifiant à des intérêts terrestres minimes."

    Albert Schweitzer


    votre commentaire
  • 2136m

    On est nombreux sur cette planète à attendre le 30 juin avec impatience. Ce sera en effet la sortie mondiale du dernier album de Moby, Wait for me.

    Moby n'est pas un héros du rock et d'ailleurs il ne le souhaite pas. Le côté implacable, vitupérant, c'est pas son truc. La haute voltige il la laisse à d'autres.
    Mais encore une fois, d'après ce que j'ai pu entendre grâce à quelques titres mis en ligne, il nous a donné un opus désarmant, authentique, ouvert à tous les vents, avec cette qualité du son qu'on lui connait.
    Cet album comporte 16 titres, qui forment un tout cohérent. Mine de rien, on aura quelque chose d'excellent !
    Je te propose d'écouter l'un d'entre eux, Pale horses, le 2ème de l'album. Il te suffit de cliquer sur le lien :
    http://www.deezer.com/track/pale-horses-T3087339

    Je suppose que l'émotion et la sensibilité que Moby fait passer tient aussi au fait qu'il est vegan.
    Sa compassion, son intérêt (l'un de ses albums s'intitulait Animal rights) pour la cause animale en général et le sort des animaux de ferme et de rente est toujours palpable.

    Le blog de Moby :
    http://www.moby.com/journal

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique