• Bracos, viandards, quelle différence au fond ?

    CourlisCendre_

    Et si on donnait des nouvelles fraîches de la vermine des bosquets, cette lèpre en treillis qui ravage le vivant et profite du froid glacial qui descend du nord de l'Europe pour faire des cartons sur des oiseaux affaiblis ?
    De nuit comme de jour, sans visibilité aucune, le peu de neurones encore actifs attaqués par le jaja, ils descendent oies, canards et limicoles.
    L'ONCFS parle même de carnage, c'est dire...
    Les agents de l'ONCFS ne peuvent que contrôler une fraction de ces beaufs armés. Pas assez de moyens assurément.
    Et quand ils en chopent, ce sont des gratinés, qui font honneur à ce qualificatif de viandards qu'on leur accole bien volontiers.
    Ne crois pas que ces braconniers pris la main dans la gibecière, que ces délinquants de la chasse soient des marginaux... Non ! Ils représentent au contraire l'élite des chasseurs, celle qui veut s'affranchir des quelques règles et contraintes qui les empêchent de tuer quand ils le veulent, où ils veulent et ce qu'ils veulent.
    Ainsi, dans le Pas-de-Calais la semaine dernière, 12 viandards se sont fait gauler dans la nuit du 20 au 21 décembre, du côté de Loon-Plage.
    Bien couverts, ils avaient profité de la nuit claire pour poser des appelants et tirer ensuite sur tout ce qui volait : Siffleurs, Oies rieuses bien sûr, pauvres bestioles assommées par le froid et la disette, mais aussi des espèces protégées comme des Bernaches cravant et des Courlis cendrés.
    Interpellés, ces tueurs en série avaient tenté de se barrer... Certains avaient essayé de planquer les nombreux cadavres d'oiseaux.
    Ils ont été verbalisés pour une raison : la chasse de nuit au gibier d'eau est interdite sauf si tu as acheté une hutte (enregistrée auprès de l'administration) infâme qui sent les pieds, le rôt et le sang.
    Et eux n'avaient pas le sésame.
    Ce qui veut dire à l'inverse qu'il y a tout un paquet de nuques épaisses qui n'a rien à craindre des contrôles et qui peut donc dégommer à fond ces volatiles transis par le froid.
    La connerie crasse de la racaille des talus passera l'hiver bien au chaud et au printemps, ses plus illustres représentants viendront dans les écoles pour parler de biodiversité et de respect des équilibres naturels.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :