• Accident de chasse mortel à Ascarat : palombe d'une chance...

    palombiere

    Au plus près des lieux de passage des pigeons ramiers (des veines de migration, dit-on quand on est érudit) descendant vers le sud, les viandards ont placé des machins laids mais vicieux pour intercepter ces volatiles qui font rien qu'à se taper des kilomètres pour échapper à la froidure.
    Ce sont des palombières. Cabanes pourrites sentant bon la transpiration, planques pour des types qui se font chier chez eux et ont décidé de se passer les nerfs sur des oiseaux.
    Les palombes s'arrêtent ainsi dans ces endroits piégés pour se reposer et becqueter. Elles mangent du maïs mais aussi des glands.
    Les glands tombent par terre. Normal, ils n'ont pas de plumes et d'ailes pour les porter.
    Lui (69 ans), c'est pareil; il a fait une chute de 10 mètres. Pas de plumes, pas d'ailes...Il est devenu très mort.
    Mais puisque c'était pas un gland, qu'est-ce qu'il foutait à la cime d'un arbre, tu demanderas avec raison ?
    Bin...Il élaguait des branches pour aménager sa palombière, justement.
    Cette chute automnale est intervenue à Ascarat (Pyrénées-Atlantiques ) mardi 26 octobre. Les Pyrénées...La principale zone de franchissement, zone qui se resserre de plus en plus paraît-il et qui ressemblera bientôt à un goulet d'étranglement.
    Ce sera plus fastoche pour buter l'oiseau bleu. Sauf si t'imites un gland.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :