• A Rodilhan, la perversité, on a ça dans le sang !

    COGNEUR

    Dans une arène, tu accueilles l'élite des tarés en tout genre. Des individus fascinés par la souffrance et la mort, qui ont adoré, petits, arracher les ailes des mouches ou écraser des crapauds.
    Bosser avec eux, ça doit être un calvaire. Ils t'en font baver, surtout quand ils sont devenus chefaillons. Le sadisme au quotidien, banal, ils en connaissent un rayon.
    Des jetés comme cela, tu vas en apercevoir un pacson en cliquant sur ce lien. C'est la vidéo qui relate l'action de copines et de copains anti corrida dans l'arène de Rodilhan, ville de merde de la communauté d'agglomérations de Nîmes métropole. 
    Enchaîné(e)s au centre de la piste (action de désobéissance civile classique), ces camarades ont vite été rejoints par de vrais et typiques abrutis qui les ont 
    lattés, tapés, traînés, arrosés, et qui, visiblement, prenaient leur panard ce faisant.
    On les voit bien s'en donner à coeur joie. Et que je te balance des coups de pompes dans les reins, et que je te mets des taquets dans le visage, et que je te tire par les cheveux... Un festival pour lâches, tant il est vrai que pas un, à terre, entravé, jeune ou moins jeune, gars ou fille, ne voulait riposter.
    Mais ces cogneurs sont des cons. On les distingue aisément. Tout a été filmé.
    Il ne reste plus qu'à mettre des noms sur ces visages. De la bonne graine de phalangiste cela dit. Francisco Franco aurait été fier de voir que la relève est assurée; que les aficionados, parce qu'élevés au biberon de sang, sont toujours disposés à humilier et à crever plus faible qu'eux.

    Le lien : http://www.dailymotion.com/video/xlk9jx_rassemblement-anti-corrida-arene-rodilhan-08-10-11_news?start=9

    Et le communiqué du CRAC-Europe :

    Samedi 8 octobre à 15 h 50, les associations CRAC Europe pour la protection de l’enfance (France), Droits des animaux (France) et Animaux en Péril (Belgique) ont investi les arènes de Rodilhan, petit village à quelques kilomètres de Nîmes. Elles étaient soutenues par Farm Sanctuary (Belgique), Respectons, le CLAM, la Fondation Brigitte Bardot, la BAC Marseille et Minotaure Films. L’agglomération nîmoise organisait la finale de « Graines de toreros ». Spectacle gratuit, payé par les contribuables, bien entendu. Spectacle au cours duquel six veaux devaient être torturés à mort, hurlant de douleur sous les coups d’épée d’apprentis tortionnaires.
    Notre objectif : empêcher la tenue de ce spectacle ignoble par une action pacifique d’occupation de l’arène.

    À 15 h 50 donc, 30 militants ont déployé dans les gradins une quinzaine de banderoles pendant que 65 autres pacifistes allaient s’enchaîner sur le sable. C’est alors que le monde de la tauromachie a montré une fois de plus son vrai visage : celui de la haine, de la violence ; celui de la barbarie. Les 65 militants ont été tout simplement roués de coups : coups de pied et coups de poing à la tête et dans le dos. Bras, pieds et jambes tordus. Certains militants ont été traînés par les cheveux. Des spectateurs sont descendus dans l’arène pour participer à la curée. D’autres debout, le bras tendu, poing serré et pouce vers le bas, demandaient notre mise à mort. Cette sauvagerie, cette pluie de coups a duré près d’une demi-heure pour celles et ceux qui ont résisté le plus longtemps.
    Aucun militant n’a répliqué, aucun militant n’a insulté. Les consignes étaient claires et ont été respectées à la lettre.

    Ivres de haine et aussi d’alcool pour bon nombre d’entre eux, des spectateurs se sont attaqués à un caméraman de France 3 (info diffusée sur France 3 Sud samedi 8 octobre, au journal du soir).
    Vingt militants portent plainte dès aujourd’hui et font constater leurs blessures. Une militante a le pied fracturé, de nombreuses contusions, elle est en état de choc et vient d’obtenir une ITT de plus de huit jours.

    Nous n’en resterons pas là, d’autres actions viendront, plus fortes, plus nombreuses, toujours pacifiques.
    Faudra-t-il que des militants soient gravement blessés ou y laisse leur vie pour qu’enfin les politiques prennent leurs responsabilités ? Manuel Valls, grand défenseur de la corrida, en ce jour de primaire socialiste, se met clairement du côté de la populace violente et haineuse. Du côté des tortionnaires, des sadiques et des assassins en puissance. Quand on est capable de torturer des animaux pour le plaisir, on est capable de s’attaquer à des militants pacifistes qui ne se défendent pas non plus. Le monde de la corrida est le monde de la lâcheté et de la violence !

    Saluons enfin le « courage » du ministre de l’Inculture, Frédéric Mitterrand, pour avoir élevé au rang de patrimoine culturel de la France ce spectacle abject !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :